samedi 28 septembre 2019

COMMUNIQUÉ DE PRESSE UNITAIRE : Le projet de code de la justice pénale des mineurs : des propositions inadaptées pour lutter contre l’enfermement des enfants !

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le projet de code de la justice pénale des mineurs : des propositions inadaptées pour lutter contre l’enfermement des enfants

Au 1er juillet 2019, 882 adolescent.e.s étaient incarcéré.e.s, chiffre jamais atteint depuis plus d’une vingtaine d’années. Il faut y ajouter le nombre d’enfants placés dans l’un des 52 centres fermés, ceux placés en psychiatrie ou en centres de rétention, ainsi que le chiffre gris des jeunes condamnés en tant que majeur.e.s pour des faits commis du temps de leur minorité.
Pourtant, la Garde des Sceaux et la Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse avaient assuré que certaines mesures d’application immédiate introduites dans la loi de programmation 2018-2022 de réforme pour la Justice du 23 mars 2019, permettraient une diminution du nombre d’enfants placés en détention provisoire, notamment grâce à l’encadrement des conditions de révocation du contrôle judiciaire et à la réduction de la durée du maintien en détention provisoire des mineur.e.s de 13 à 15 ans une fois l’instruction terminée. Force est de constater que ces mesures n’ont eu en réalité aucun impact.
Que dire alors du projet de code de la justice pénale des mineurs déposé le 11 septembre 2019 en Conseil des ministres, dont la diminution de l’incarcération des mineur.e.s est l’un des objectifs affichés ?
Si ce projet se présente comme « innovant » et « tourné vers l’éducatif », il ne prévoit en réalité aucune mesure susceptible de renverser véritablement le paradigme de ces dernières années, à savoir l’augmentation des mesures répressives et expéditives à l’égard des enfants. Il ne fixe aucun âge effectif d’irresponsabilité pénale de l’enfant. Il fait abstraction de ce que l’enfant mis en cause est d’abord un enfant en danger. Il confond rapidité et efficacité. Il ne garantit aucunement le retour à l’application effective des principes fondateurs de l’ordonnance du 2 février 1945, à valeur constitutionnelle, et particulièrement celui de la primauté de l’éducatif sur le répressif.
Pire encore, les missions éducatives qui consistent à accompagner un enfant dans toutes les dimensions de sa problématique pour participer à sa sortie de délinquance sont amenées à disparaître au profit d’une mesure probatoire de mise à l’épreuve contrainte dans un délai particulièrement réduit, à visée principalement comportementaliste.
Sortir de la logique des politiques répressives qui se sont accumulées au fil du temps et faire le choix de l’éducation, c’est remettre radicalement en cause la logique de l’enfermement des mineur.e.s. Cela nécessite de passer par la déconstruction d’un certain nombre d’idées reçues sur la justice des enfants selon lesquelles les délinquant.e.s juvéniles seraient plus nombreux.ses, plus jeunes et plus violent.e.s qu’autrefois, préjugés que même les statistiques du ministère invalident.
Un enfant qui passe à l’acte est avant tout un enfant en danger. Il ou elle est une personne en construction qui a besoin d’être entouré par des adultes en qui il ait suffisamment confiance pour trouver une légitimité au cadre qui lui est imposé et l’envie ainsi que les ressources nécessaires pour s’insérer socialement. Pour cela, la justice des enfants a surtout besoin de temps et de moyens tant financiers qu’humains et d’une réforme humaniste et émancipatrice fondée sur la protection et l’éducation. C’est cela que nos organisations continueront de défendre au travers de la mobilisation contre ce projet de Code de la justice pénale des mineurs.

Télécharger le communiqué de presse :
http://snpespjj.fsu.fr/IMG/pdf/cp_j...


Articles les plus récents

jeudi 17 octobre 2019

Refus unanime de la dictature du gouvernement s’agissant de la mobilité des Personnels !

Déclaration commune des organisations syndicales siégeant au CTM du Ministère de la Justice
Réforme de la Fonction Publique et fin des CAP
Refus unanime de la dictature du gouvernement s’agissant de la mobilité des Personnels !
Les 6 Organisations Syndicales représentatives au CTM (UNSa justice, (...)

jeudi 17 octobre 2019

COMMUNIQUÉ DE LA FSU : Plus que jamais, Défendre le vivre ensemble !

COMMUNIQUÉ DE LA FSU
Plus que jamais, Défendre le vivre ensemble !
Le 12 octobre dernier, un élu régional du Rassemblement National s’en est pris à une mère d’élève qui accompagnait des élèves au prétexte qu’elle était voilée. Stigmatiser une mère accompagnatrice d’un grou pe d’élèves, l’humilier (...)

jeudi 17 octobre 2019

Séminaire régional des « cadres » de la DIR Sud-Est

Les 17 et 18 octobre, la Dir convoque l’ensemble des « cadres » de la région en séminaire dans un contexte particulièrement lourd. Le gouvernement, par l’intermédiaire de sa ministre de la Justice, vient de prononcer le 11 septembre 2019 l’abrogation de l’Ordonnance de 1945. Dans un silence qui fait (...)

lundi 14 octobre 2019

Comité Technique Ministériel du 24 octobre 2019 : Le SNPES-PJJ/FSU dit NON au statut de cadres éducatifs

Comité Technique Ministériel du 24 octobre 2019
Le SNPES-PJJ/FSU dit NON au statut de cadres éducatifs
Depuis plus d’un an le SNPES-PJJ/FSU soutient la mobilisation des CSE exerçant les fonctions de Responsables d’Unité Éducative contre le projet statutaire de « cadre éducatif » porté par la DPJJ. (...)

lundi 14 octobre 2019

Déclaration Préliminaire au Comité Technique Inter Régional Centre Est du 7 octobre 2019

Déclaration Préliminaire au CTIR du 7 octobre 2019
Nous sommes re-convoqué.e.s, ce jour, à la DIR Centre-Est pour un CTIR sur la présentation du schéma d’insertion sur notre région suite au boycott du 26 septembre 2019. La présentation de ce schéma se fait, alors que deux directions territoriales ( l’ (...)

Contact

SNPESPJJ
54, Rue de l’Arbre Sec
75001 Paris
☎ : 01 42 60 11 49
Fax : 01 40 20 91 62
snpes.pjj.fsu@wanadoo.fr

Agenda

<<

2018

>>

<<

Juin

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois