Appel à voter FSU Justice

mercredi 3 décembre 2014
popularité : 5%

ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES :
APPEL A VOTER FSU

La Fédération Syndicale Unitaire (FSU) regroupe 23 syndicats nationaux, de la justice, de l’enseignement et de l’éducation, de la jeunesse et sports, de la recherche, de l’agriculture et de la mer, de l’environnement, des collectivités territoriales, de l’intérieur, du travail, des affaires sociales, de la culture. Le SNPES-PJJ et le SNEPAP représentent la FSU au Ministère de la Justice.
La FSU lutte pour la défense et le développement des Services Publics, garants de la solidarité nationale et de l’accès pour tous aux droits à l’éducation, la santé, la culture et à la protection sociale. Elle agit pour la création d’emplois, la défense du pouvoir d’achat et lutte pour la résorption de la précarité. Elle milite pour les droits et libertés de toutes et de tous, contre les exclusions et toutes les formes de discriminations.
La FSU est représentative au Ministère de la Justice et siège au Comité Technique Ministériel. Elle a pour objectif de réunir l’ensemble des personnels, dans la diversité de leurs métiers et la reconnaissance de leurs spécificités.
La FSU, avec ses syndicats nationaux, agit pour la défense des personnels dans toutes les directions (Secrétariat Général, Services Judiciaires, Administration Pénitentiaire, Protection Judiciaire de la Jeunesse, Légion d’Honneur, Casier Judiciaire). Elle revendique l’amélioration de leurs conditions de travail, la revalorisation de leurs salaires, la défense de leurs statuts et de leur identité professionnelle. Elle milite pour un véritable plan de titularisation de tous les contractuels.
Par sa présence prépondérante dans la fonction publique, la FSU travaille à l’analyse des intérêts convergents des fonctionnaires et impulse des actions inter professionnelles.

Contre les politiques d’austérité, développer les services publics, défendre les conditions de travail et de rémunération...

Contre les politiques d’austérité, la FSU défend des choix gouvernementaux radicalement différents qui rompent avec la priorité donnée actuellement au soutien des entreprises et des groupes financiers, des choix qui rompent avec le dogme de la réduction des déficits publics.
En effet, il existe d’autres alternatives à cette politique, qui partent des besoins de la population, envisagent une autre répartition des richesses, une autre fiscalité et un renforcement des services publics, seuls à même de garantir l’accès aux droits fondamentaux de tous.

La FSU, avec les organisations qui sont opposées au pacte de responsabilité avec les entreprises, considère que la sortie de crise est possible en développant une politique d’investissement, y compris dans les services publics, et une revalorisation conséquente des salaires de tous les salariés du public comme du privé.

De ce point de vue, la fin du blocage de la valeur du point d’indice des fonctionnaires s’impose. Les choix des gouvernements depuis plusieurs années consistent à bloquer les revalorisations salariales au profit d’une distribution parcimonieuse de primes au mérite. Or, ces dernières mettent en concurrence les personnels et ne font la plupart du temps que remplacer les primes existantes, mais en les conditionnant à une « manière de servir » évaluée lors de l’entretien professionnel.
Dans la fonction publique et au Ministère de la Justice, la dégradation des conditions de travail tient autant au dévoiement des missions qu’à la mise en concurrence des personnels, à la négation des spécificités des métiers ainsi qu’à la pénurie des moyens.

Quelles revendications, quelles résistances ?

S’agissant des statuts des personnels, les gouvernements privilégient depuis plusieurs années des modifications statutaires au rabais ou monnaient les quelques améliorations au prix d’une augmentation des responsabilités et de la charge de travail.

C’est le principe appliqué pour les agents de catégorie C. La très petite majoration des grilles de rémunération en 2014 et celle prévue en 2015 ne compenseront pas les pertes de pouvoir d’achat subies ces dernières années et sont donc loin des attentes des collègues !
De surcroît, la pression sur les collègues de catégorie C ne cesse de s’amplifier, en lien avec le manque de personnel. Le glissement des tâches et la multiplication des faisant fonction est la solution privilégiée par l’administration. Un plan de promotion spécifique des adjoints administratifs dans le corps des secrétaires administratifs ou des greffiers est indispensable afin que soit mis fin à ce système, et ce nonobstant notre revendication de la catégorie B pour ces personnels.

Concernant l’application du NES, cette réforme des statuts de catégorie B allonge la durée de la carrière et n’augmente pas le montant des rémunérations perçues sur l’ensemble de celle-ci. C’est la raison pour laquelle la FSU, comme d’autres organisations l’ont dénoncé.
Pour autant, si cette réforme manque d’ambition, elle améliore immédiatement la rémunération indiciaire en début de carrière et pour le dernier échelon.
Il n’est pas acceptable que cette amélioration, aussi insuffisante soit-elle, ne soit pas encore appliquée aux éducateurs de la PJJ (corps majoritaire) alors qu’elle a été mise en place pour d’autres corps comme les ASS et les infirmières.
Il est encore moins acceptable qu’elle n’ait pas été prévue au budget 2015 : nous ne nous sommes pas privés de l’évoquer lors de la présentation du budget par la Ministre !
N’en déplaise à certaines organisations syndicales, nous ne sommes pas des partisans du tout ou rien !

Pour faire face à cette pénurie des moyens, les administrations ont recours aux personnels non titulaires. Si la FSU (comme Solidaires) a refusé de signer le protocole Sauvadet, parce qu’il ne s’agissait pas d’un plan de titularisation de tous les contractuels, nous avons défendu les modalités les plus favorables aux agents bénéficiant des concours réservés et les accompagnons afin d’obtenir une application la plus favorable possible de la loi. Nous continuons d’exiger une refonte de la loi et, parallèlement, nous défendons la situation des agents dans les CCP.
De la même façon, concernant la situation des psychologues contractuels de l’AP, il faut la mise en place d’un statut qui permette leur titularisation, mais qui garantisse également le respect de la spécificité des différentes missions des administrations (PJJ, AP), et auprès des personnels comme du public.

Pour nous, des positions de fond exigeantes ne sont pas incompatibles avec une action syndicale qui permette d’améliorer le quotidien des agents, quel que soit leur lieu d’exercice, en terme de droits et de conditions de travail.
Pour la défense des missions du service public de la justice,
des droits des agents et des conditions de travail :
LE 4 DÉCEMBRE : VOTEZ FSU

Si vous ne pouvez voter à l’urne le 4 décembre, votez dès aujourd’hui et sans délai par correspondance afin d’être certain de la prise en compte de votre vote ! Votez quatre fois FSU : au Comité Technique Ministériel, au CHSCTM, à la CAP de votre corps (ou à la CCP pour les contractuels), au Comité Technique de proximité.http://snpespjj-fsu.org/IMG/pdf/app...


Contact

SNPESPJJ
54, Rue de l’Arbre Sec
75001 Paris
☎ : 01 42 60 11 49
Fax : 01 40 20 91 62
snpes.pjj.fsu@wanadoo.fr

Agenda

<<

2017

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois